Début du voyage: la Haute Savoie en van & le lac Majeur et le lac de Côme en van.

Dans cet article, je vous emmène avec nous pour un road trip dans les dolomites en van. Après la Haute Savoie et les grands lacs italiens, on est partis avec notre van Georges Dok dans ce petit coin de paradis. 

— ITINÉRAIRE DE NOTRE ROAD TRIP DE 7 JOURS  

⇟ La carte des endroits où on est allés dans les dolomites en van ⇟

— Dimanche 18 juillet 2021

Suite du voyage, après les grands lacs italiens (le lac Majeur et le lac de Côme, pour être plus exacte), on a filé vers le coin tant attendu, le coin qui me faisait rêver depuis mon passage dans les rocheuses canadiennes en 2017. Le coin qui était pour moi propice à la van life, à l’aventure, au nightspot qualitatif et au maximum de kiff: les dolomites en van!

Le lago di Toblino

Après le lac de Côme, on a donc pris la route, vers le premier spot, au tout début des dolomites: le lago di toblino. Déjà, ici, les touristes ne sont pas aussi présents que dans les grands lacs. On roule avec un décor de carte postale, entre montagnes et vignes. On arrive au fameux lac, mais il est déjà l’heure de trouver un spot pour la nuit. Tant pis, on visitera les lieux demain! Et là, on tombe sur LE nightspot qu’on attendait. Un tout petit parking protégé de la route, un lac turquoise à notre droite, un olivier qui nous servira à accrocher la douche solaire, des vignes à gauche et des montagnes en face. Le must? Très peu de passage sur la route à côté puisque ce n’est pas la route principale. OK, là on y est. 

.

Lundi 19 juillet 2021

On se réveille tranquillement, grand soleil, un peu de vent qui vient rafraîchir le tout. Un bon lundi qui commence! On reprend la voiture pour se rapprocher du lago di toblino qui était à 5-6 minutes de là. Un petit parking est disponible au début de la promenade qui longe le lac. On se gare ici, mais aucun passage piéton pour traverser. En plus, le parking est dans un virage, ce qui est un peu dangereux. On attend qu’aucune voiture ne passe pour courir de l’autre côté. D’ici, on commence la promenade. 

Le lago di toblino est un petit lac alpin de 1.6km de long qui a été formé par un barrage. On peut se promener autour grâce au chemin balisé et protégé de la route. Le seul point négatif, je trouve, c’est la route très passagère et bruyante juste à côté. Sur le chemin, on est entourés de roseaux d’un côté et de l’autre, de vignes.

Le château de Toblino

Pendant la promenade, on peut apercevoir le château de Toblino, originaire du XIIème siècle. Il est toujours en excellent état, et sert aujourd’hui encore de restaurant. 

.

Le lago di Tovel – alt: 1178m

Après cette petite balade matinale, on part vers le lago di Tovel, à 1h15 de là. Un lac, d’après Google, « pas très connu » situé à 1178 mètres d’altitude dans le parc naturel d’Adamello Brenta. On arrive un peu avant midi et on est directement dirigés vers un parking payant. Ouais, il fallait s’en douter. Certains parkings sont déjà plein. Deux italiennes du parc viennent nous voir à la fenêtre et nous demandent si on a une réservation. On leur dit que non puis elles nous dirigent vers un parking un peu plus loin. On paye 6€ et elles nous disent que si on veut monter jusqu’au lac en navette, c’est 3€/personne en plus. Sans façon. Il y a 5km jusqu’au lac, ça devrait le faire! Et puis, on adore les randos, alors allons-y!

Let’s hike!

Il est presque midi lorsque l’on se gare. Cinq kilomètres de marche en montée, on va sûrement mettre plus d’une heure, ensuite le temps de faire le tour du lac, d’explorer les lieux…mmh oui, on va emmener de la nourriture là haut! Sur le parking du parc, on sort nos sacs à dos et on ouvre le frigo pour se concocter un pique nique en moins de deux. Des radis, des tomates, des restes de semoule, un concombres, une boîte de maïs et de thon, de la feta, de la sauce césar et c’est parti! On commence la rando sous un soleil de plomb. C’était pas la meilleure idée de randonner entre midi et deux, mais on se rafraîchira là haut! 

Sur le chemin, on ne croise PER-SONNE. Ils ont tous dû prendre la navette! En effet, on entend les klaxons des navettes qui se croisent sur les routes étroites. Environ 30mn après que l’on soit partis de notre parking, on voit un autre parking plus haut. On se demande comment les gens ont fait pour y arriver étant donné que l’on a été bloqué en bas. Après s’être renseignés, j’ai vu que l’on pouvait en fait réserver une place de parking sur le site internet. Ensuite, les places de parking se remplissent avec les touristes qui n’ont pas réservé et plus tu arrives tard, plus tu seras placé sur un parking en bas. On arrive enfin au lac, ici encore se trouvait un énorme parking rempli de voiture. 

Pause déjeuner

Heureusement, le lac semble immense. On commence à faire le tour pour trouver un spot pour manger. Il est pratiquement 14h. On a mis au moins deux heures à monter. Une petite berge nous attend pour le déjeuner. Youpi! On ouvre nos boîtes de conserve et on remplit nos assiettes de bonnes choses. 

.

L’heure de la baignade

Après notre repas, on a l’idée de se rafraîchir dans ce beau lac turquoise. Ouais, c’était une idée de base. On a eu bien chaud sur la montée, on rêvait de cette baignade maiiiiis elle est froide en fait!!!! Bastien y va, courageux. Le décor est splendide et franchement la couleur de l’eau donne tellement envie de se baigner! Je trempe les jambes jusqu’au genou et déjà ca pique! Puis au bout d’un moment je me lance. Au final, elle n’était pas si froide que ça. Bon si, un peu. Mais ça en vaut la peine!

La balade autour du lac qui s’en suit est extraordinaire. On croise du monde, mais pas trop non plus. La couleur est folle. Il parait que jusqu’en 1964 l’eau était rouge, dû à une algue Tovellia sanguinea. Maintenant elle est turquoise, et c’est magnifique!

.

Le plus beau nightspot ☾

On redescend aux alentours de 18h au parking. Tout seuls. Genre vraiment. Sur la descente, on ne croise personne et au parking en bas, il n’y a plus aucune voiture! Le prochain spot est à 1h45. Pour vous donner un ordre d’idée, il a fait vraiment chaud aujourd’hui. Le van était bouillant quand on a ouvert les portières. Plus il fait chaud, plus la batterie consomme puisque le frigidaire est branché dessus et fonctionne en permanence. Mais il faut savoir que l’on a jamais été en dessous de 80% de batterie. Et il suffit de rouler 1h pour qu’elle soit rechargée. Plutôt satisfaits!

Plus on s’aventure vers les prochains spots, plus les panneaux sont en italien+autrichien. On est très proches de la frontière autrichienne et, dans les magasins, ça parle aussi les deux langues. Quand j’ai établi l’itinéraire de ce voyage, je suis tombée plusieurs fois sur le même lac, qui n’avait en fait pas le même nom mais il s’agissait bien du bon lac. Typiquement le prochain endroit s’appelle lago di carezza (italien) et/ou Karersee (autrichien).

 Le lago di Carezza – alt: 1534m

D’emblée, le décor est incroyable. Des montagnes très très belles, rocheuses, qui me rappellent bien le Canada (qui me manque tant!). Bastien me dit en voyant les montagnes qui se dessinent en arrière-plan « wouah, bah si on va là bas, ça a l’air trop beau ». Don’t worry…. On arrive dans la soirée, il commence à faire nuit. On déniche notre premier vrai wild nightspot… Les mots nous manquent… On est émerveillés (et bien contents de visiter les dolomites en van!)

.

— Mardi 20 juillet 2021

Sunrise royal, vue d’exception, la journée commence bien. Le soleil est toujours bien présent, on prend notre petit dej’ et on part vers la merveille du coin: le lago di carezza. Depuis notre nightspot, il y a un petit chemin de rando qui descend. Hop! Ni une ni deux, on met nos chaussures de rando, on dépose une pastèque au frigo (pour le retour!), on prend nos appareils et c’est parti. Le chemin qui descend est assez rude (le retour sera dur!!), puis on traverse une route et on arrive sur un chemin qui monte, avec une petite rivière sur le côté gauche. On remplit nos gourdes d’eau bien fraîche. La rando nous a pris une heure et demie. Et là, on arrive au paradis….

.

L’église de St John

Après la magie du lago di carezza, on est partis plus au nord, vers le village de Santa Magdalena au Sud Tyrol. Ici, on voulait voir une chapelle au style baroque: l’église de St John. Sauf qu’au début, je croyais qu’elle s’appelait l’église de Santa Magdalena puisqu’on est juste à côté de ce petit village. Je rentre ça dans le GPS qui nous y conduit (photo du haut, au milieu). L’endroit est super calme, très paisible. Mais j’avais souvenir que l’église était un peu plus originale que cela. Je check rapidement sur internet et je m’aperçois que l’on n’est pas du tout au bon spot!! On rebrousse chemin et on arrive proche de l’église St John qui a l’air très protégée. De plus, on ne peut pas s’approcher de l’église sans payer. Elle est entourée d’une grande clôture en bois. Sur la gauche, il y a un petit viewpoint où l’on peut prendre de jolies photos. Puis, plus haut, le kiosque pour payer l’entrée. À savoir: on ne peut pas rentrer dans la chapelle même en payant. Pour notre part, on a trouvé que le point de vue était suffisant.

Tout ça pour une pizza

Après ce petit passage, on devait filer au prochain spot des dolomites. Mais, on a vraiment adoré le coin, pour sa tranquillité et ses plaines à perte de vue. En plus, on est passés à côté de plein de chemins de randonnée. Je regarde Bastien, il me regarde, il sait que je vais lui proposer de rester demain pour randonner ici, et moi je sais qu’il sait que je vais… BREF. On veut rester ici. Sauf que voilà, on avait prévu de se faire une pizza dans la ville principale de Bolzano avant d’atteindre notre prochain endroit. Et Bastien se l’était bien mis en tête. Pour ma part, la décision était prise: je voulais rester ici. Bastien hésite (comme s’il n’allait plus manger de pizza de sa vie tu sais). Verdict: on se trouve un nightspot de qualité et on se met aux fourneaux (non mais!). Le sunset vient tapisser les montagnes de ses rayons orangés et on aperçoit un coureur sur le flanc de montagne. Il doit être sur un chemin d’une rando! On prend le zoom de l’appareil et on voit bien un chemin tracé qui mène au sommet de la montagne… 

.

— Mercredi 21 juillet 2021

Aujourd’hui, on se réveille un peu tardivement. C’est aussi ça les vacances! Honnêtement, le spot s’y prête bien. On prend notre temps pour petit déjeuner, lire et profiter de la vue au réveil. Ensuite, on charge nos sacs pour la rando qui nous attend. L’objectif: escalader la montagne que l’on voit depuis hier soir. 

On grimpe dans la pampa pour rejoindre le départ de rando. En réalité, on ne sait pas trop où il est. Mais on se dit qu’à un moment ou un autre, on tombera dessus. Attention aux nombreuses fourmilières! On arrive sur une plaine avec de vieilles bâtisses abandonnées. C’est si beau! On aperçoit même des montagnes enneigées en arrière-plan!

.

Kleiner Peitlerkofel – alt: 2813m

Randonnée au Sas du Putia – 8.9km, 1001D+

Au début, la rando est plate (ça ne va pas durer). On longe la montagne (c’est superbe!) jusqu’à arriver à la jonction entre deux montagnes. Ici commence l’ascension. On commence la montée, nos gourdes sont presque vides mais par chance, il y a un petit ruisseau qui descend de la montagne. On se demande d’où ça provient…avant de croiser des gros blocs de glace sur le côté de la montagne! Une sorte de neige éternelle. C’est l’été mais l’altitude est élevée. On a même croisé une marmotte!!

Arrivés en haut, il y a un croisement de plusieurs chemins, certains mènent en bas, d’autres en haut. Évidemment, on choisit celui qui monte. L’objectif je le rappelle, c’était d’escalader la montagne que l’on voyait depuis notre nightspot d’hier soir. Nous voilà repartis en direction du sommet. 

Ressenti de la rando: sur All trails, elle est évaluée comme difficile. Je confirme. Il faut dire que ça monte bien (1001m D+)! On avait pris des gourdes isothermes, et franchement c’est top! Il n’y a pas de fontaines d’eau sur le chemin mais on remplissait nos gourdes dans les petits ruisseaux ou les blocs de glace qui fondaient. Elle était super bonne et bien rafraîchissante. 

À l’arrivée au sommet, il y a deux chemins possibles: soit tu montes le sommet Kleiner Peitlerkofel à 2813m d’altitude (ce qu’on a fait) soit tu montes le Peitlerkofel à 2875m d’altitude. La vue est splendide! Il n’y a presque personne, le soleil brille dans le ciel… On sort nos sandwichs truite fumée, concombres et boursin et nos chip’s tant attendues. Un régal!

⇾ Lien de la rando sur Alltrails

.

Le lago di Braies – alt: 1496m

L’heure de la pizza

Après cette rando très sympa, le rituel de début de soirée en #vanlife: trouver une fontaine et remplir les gourdes, le bidon et la douche solaire. On adore chercher les fontaines! Le premier qui trouve à gagner… La suite, vous la connaissez. Je veux un P, je veux un I, je veux deux ZZ, je veux un A: PIZZA! Oui, on n’allait quand même pas changé les plans repas deux jours d’affilé…! On part dans la ville la plus proche pour recharger les batteries avec une bonne pizza saumon, mozzarella. Ici, tous les gens parlent autrichien et italien. D’ailleurs le lago di braies se traduit Pragser Wildsee.

L’anecdote de voyage

On reprend la route vers le lago di Braies. Il fait nuit et on se gare sur le parking le plus proche du lac. On savait qu’il serait payant au petit matin. Oui, on le savait. Cette nuit-là, il faisait assez chaud dans le van. Bastien avait donc ouvert la porte latérale du van pour pouvoir avoir de la fraîcheur. À 6h30, on se fait réveiller par un employé du parc qui se tenait juste devant notre porte et nous disait « buen journo, buen journo« . Il nous dit que c’est 10€ pour rester garer ici, alors j’attrape mon porte monnaie et je lui tends le billet. Bon, on est réveillés, alors allons visiter les lieux avant la foule.

— Jeudi 22 juillet 2021

Il est à peine 8h, les fameuses barques se mettent à l’eau. On regarde les prix, mmmh, on n’en fera pas. On commence le tour du lac, sans trop de monde pour le moment. Les montagnes reflètent dans le lac, l’eau est turquoise… On s’arrête manger notre petit déjeuner sur une table de pique nique. À peu près au milieu du tour du lac, il y a un troupeau de vaches de montagnes très très familières, elles doivent être habituées à voir du monde. On leur dit  bonjour et on continue notre chemin. Le soleil commence un peu à percer. Sur le retour, le monde commence à arriver.. Il est temps pour nous de revenir au van.

.

Le lago di Dobbiaco – alt: 1 259 m

Vers 11h, on prend la route vers le lago di Dobbiaco, situé juste à côté. Ici, on peut louer des pédalos ou des vélos pour longer plusieurs lacs sur les grandes pistes cyclables balisées. Nous, on a fait le tour du lac. L’arrière-plan est magnifique (c’est le spot d’après!!). Pendant notre promenade, on entend l’orage qui gronde au loin. On se dépêche de finir notre tour pour rentrer au van, au chaud. Le vent commence à devenir de plus en plus fort (un remake de la Haute Savoie?) Au moment où on monte dans notre van, la pluie arrive. Ouf! 

.

Le lago di Landro – alt: 1400m

On file ensuite, avec la pluie, au lago di Landro, un peu par hasard. Un lac bleu turquoise très joli, j’avoue que l’on a été un peu étonné par ce lac! On fait voler le drone (à retrouver sur ma chaîne youtube!!) quand la pluie se calme.

.

L’heure de chercher un nightspot

Direction Tre Cime, pour la randonnée du lendemain (l’avant-dernière!). Mais pour l’heure, on cherche un coin pour dormir. Vous commencez à nous connaître, on ne choisit pas les spots où tout le monde s’arrête. On trouve un spot plutôt qualitatif, vue sur les montagnes et les chevaux. Ok, on est bien! On fait à manger puis on ne se couche pas trop tard, parce que demain, on s’attaque à l’une des plus grandes randos

— Vendredi 23 juillet 2021

Tre Cime di Lavaredo – alt: 2999m

Pour cette rando, tu as 3 options:

  • Option 1: Pas beaucoup de marche. Tu prends ta voiture et tu payes le péage 30€ après le lac d’Antorno. Au refuge d’Auronzo, tu trouveras un grand parking (immense) où tu pourras garer ta voiture et commencer une petite rando autour des Tre cime.
  • Option 2: Un peu plus de marche. Tu gares ta voiture au lac d’Antorno (attention le parking est petit! Arrivez tôt!) puis tu commences l’ascension jusqu’au refuge d’Auronzo. 
  • Option 3: Beaucoup de marche. Tu quittes ton spot de nuit un peu trop tard (fallait pas boire trop de chocolats chauds au petit dej), alors tu fais face au fameux panneau « PARCHEGGIO TRE CIME COMPLETO ». Ils ne laissent plus aucune voiture monter (sauf si tu avais une réservation pour le parking du refuge d’Auronzo, bien-sûr). OK, va falloir commencer la rando depuis le lac de Misurina. Pas le choix.
Lac de Misurina – alt: 1754m

Évidemment, on est de la team option 3. On repart se garer presque au niveau du nightspot de la veille. J’attends Bastien avec les sacs-à-dos à l’endroit où les gendarmes disent aux voitures de faire demi-tour. Ici, on est proche du lac de Misurina à 1754m d’altitude. La première étape: marcher jusqu’au lac d’Antorno à 1866m. Là où on pensait garer la voiture de base. Pas grave, on aime marcher (tu commences à nous connaître). 

Lac d’Antorno – alt: 1866m

On arrive au premier lac, on voit notre objectif au loin, le refuge d’Auronzo, perché à 2333m. On remplit les gourdes à la petite source à droite de la route, on fait quelques photos et on (re)commence la rando! La rando est super agréable et on est très surpris de la vitesse à laquelle on avance. 

.

Le refuge d’Auronzo – alt: 2333m

Après plusieurs heures de marche, on arrive au refuge d’Auronzo. Sur All Trails, il évalue la difficulté comme modérée, on est d’accord. La rando aller/retour fait 11.9km avec un 612mD+. On l’a trouvé moins dur que celle du Peitlerkofel. La rando est vraiment super cool, on voit plein de fleurs sauvages des montagnes. Le sentier n’est pas très fréquenté et on est au milieu des sapins, vue sur les montagnes. 

On arrive au fameux refuge d’Auronzo, où tu peux y passer une nuit. Là, on comprend qu’on n’est pas tout seuls. Le parking est REMPLI de voitures, et sur la droite du refuge, on aperçoit le chemin qui mène au deuxième refuge. Beaucoup de randonneurs, de tout âge. On fait une petite pause au refuge pour se recouvrir. Il ne fait pas très chaud là haut! Déjà d’ici, on est une vue superbe.

↬ Lien de la rando sur Alltrails depuis le lac d’Antorno

.

Le refuge Lavaredo – alt: 2325m

Le chemin à droite du refuge d’Auronzo, qui longe la montagne, mène jusqu’au refuge Lavaredo, en passant par une petite chapelle. Ici, bon nombre de randonneurs font une pause. Le but pour nous, était de contourner les tre cime. On continue donc notre route en montant une dernière fois pour que les trois cimes nous fassent face (jeu de mot!).

On arrive au croisement, ici tu peux soit aller vers le refuge de Locatelli ou comme nous, redescendre. Stop déjeuner face aux tre cime. Magique! La météo était avec nous alors qu’ils annonçaient de la pluie. Après le repas et la pause bien méritée, on continue de descendre vers le troisième refuge. Ici, on croise plein de vaches de montagnes avec leurs clochettes. Il est l’heure de redescendre au van… je vous laisse les belles images du jour. Au total, on aura marcher 16km!

.

Le lago di Sorapiss – alt: 1923m

Notre dernier stop, dernier lac, dernières heures de kiff dans les dolomites. Normalement aujourd’hui, samedi, on devait rentrer en Bretagne. Mine de rien, on a pas mal de route (15h!). Hier soir après la grosse rando de Tre Cime, on s’est dirigés vers le lac Sorapiss pour une dernière « petite » rando avant de rentrer le lendemain. On arrive sur le petit parking où il n’y a presque plus de voiture (en même temps, il est 18h). On emmène un petit apéro pour le manger là bas, au sunset. Des randonneurs qui venaient de finir la rando arrivent à notre niveau. On leur demande en anglais à combien de temps se trouve le lac. « Two hours and a half something like that ». WHHAATT!! Ah mais on n’avait pas prévu ça nous!! En même temps, on ne s’était pas vraiment renseignés du type de rando que c’était. Je regarde rapidement sur Alltrails et en effet, ils annoncent plusieurs heures de marche. Ok, on reporte la rando à demain. Sur la route à la recherche d’un spot pour la nuit, on fait voler le drone sur des routes très chouettes!

— Samedi 24 juillet 2021

Au petit matin, on se réveille direction le lago di sorapiss. La der’ des der’. Le soleil brille toujours dans le ciel (on a beaucoup de chance!). Nos sacs de rando sont chargés, on enfile nos chaussures de rando et on part. La randonnée est très raide. C’est pour dire, on a moins de kilomètres qu’hier mais autant de dénivelé: 11.3km, 598mD+. En plus, il y a des partis glissantes puisqu’un filet d’eau venant d’une petite cascade descend parfois le long du chemin de randonnée. On ne croise personne à la montée. Après environ 2h de montée, on arrive enfin au lago di Sorapiss aux alentours de 10h. Il n’y a pas encore trop de monde…c’est magique… Apparemment, la couleur de l’eau est dû à la poussière du glacier. Je n’avais jamais vu une telle couleur.

➤➤ Lien de la rando sur Alltrails

.

J’espère que cet article sur les dolomites en van t’a plu! Si tu as des questions sur le road trip, n’hésite pas à les poser en commentaire ou sur mes divers réseaux sociaux.
N’hésite pas à me suivre sur instagram pour toutes mes stories en direct (ou presque) et sur youtube.
 
Maëva ♥

Pour les commentaires, c'est par ici!